QUESTIONS aux chrétiens à propos de la crucifixion et de la rédemption.


 
    EN ISLAM, si un être humain commet un péché,  lui seul en sera responsable, et personne d’autre ne portera ce pêché à sa place et ne pourra être blâmé pour cela. Il est écrit dans le Coran : { Or, personne ne portera le fardeau d'autrui. Et si une âme surchargée [de péchés] appelle à l'aide, rien de sa charge ne sera supporté par une autre, même si c'est un proche parent. } (Fatir : 18). Il incombe au pécheur de demander pardon au Seigneur pour le péché commis et se repentir à Lui. Dieu lui a promis le pardon s'il agit de la sorte, et dit dans le coran : { Et Je suis Grand Pardonneur à celui qui se repent, croit, fait bonne œuvre, puis se met sur le bon chemin.} (TA-HA : 82). Par exemple, lorsque le père de l’humanité Adam -  que le salut sur lui -,  désobéit au Seigneur en mangeant de l’arbre qui lui était interdit par Dieu, puis se repentit de son péché, Dieu accepta son repentir, mieux encore Il en fit un élu. Allah dit dans le coran : { Adam désobéit ainsi à son Seigneur et il s'égara. Son Seigneur l'a ensuite élu, agréé son repentir et l'a guidé.} (TA-HA : 121-122.). Ainsi, il fut absout de tout péché sans avoir besoin du sacrifice d'autrui.
Cependant, dans le Christianisme, le péché commis par Adam – que le salut sur lui -, et plus encore, les péchés de tous les chrétiens sont supportés par le Christ – que le salut sur lui -, qui mourut crucifié afin d'expier les péchés de tous les chrétiens.
Compte tenu de l’importance de la crucifixion et de la rédemption dans la croyance chrétienne, nous invitions tous les chrétiens à méditer longuement  au sujet de plusieurs questions montrant la vérité, et clarifiant le droit chemin qui mènera l’être humain à la bénédiction de d'Allah.
 Ces questions furent écrites par le docteur Mohammed Jamil Ghazi – qu'Allah lui fasse miséricorde - dans le livre intitulé Débat entre l'Islam et le Christianisme (1/161) dont voici l’énoncé des questions :
 
1-Les chrétiens revendiquent que la crucifixion du Christ avait pour but de réaliser la justice et la miséricorde sur terre. Or,, quelle justice et quelle clémence y a-t-il à crucifier et torturer un innocent ?S'ils répondent que c’est lui qui accepta cela, nous leur dirons que celui qui coupe sa main, mortifie son corps ou se suicide, est un pécheur, même s'il le fait de son plein gré.
2- Si le Christ est le fils de Dieu, où sont donc passés l’amour paternel et la miséricorde alors que le fils unique rencontre, sans culpabilité, toutes sortes de tortures : la crucifixion avec le clouage de ses mains ?                 .
3-Comment les chrétiens peuvent-ils imaginer qu'Allah – exalté soit-Il – puisse abattre le châtiment humiliant sur les gens, alors qu'Allah – Celui qu'ils nomment le Père et qu'ils désignent comme étant : le Dieu Amour et le Dieu Miséricordieux - est connu pour Son grand Pardon et Sa grande Miséricorde?
4 - Qui a forcé Dieu - exalté soit-Il - et L’a obligé à prendre l’engagement d’être Juste et Miséricordieux, et de chercher la manière de concilier entre les deux, en faisant descendre Son fils unique sous forme humaine, afin de le crucifier, pour expier le péché d'Adam ?
5-Les chrétiens prétendent que les descendants d’Adam doivent être punis à cause du péché de leur père. Or, dans quelle législation les petits enfants doivent payer pour les erreurs de leurs ancêtres ? D'autant plus, que le Livre Sacré stipule clairement que « On ne fera point mourir les pères pour les enfants, et l'on ne fera point mourir les enfants pour les pères; on fera mourir chacun pour son péché.  »(Deutéronome 24 : 16
 
6-Si la crucifixion du Christ est l'acte approprié à une telle situation, pourquoi les chrétiens détestent-ils les juifs et les considèrent comme pécheurs, agresseurs de Jésus (Issa) ?
Les juifs, - spécifiquement  Juda Iscariot -, étaient selon la compréhension chrétienne  de la crucifixion du Christ, les plus adorateurs de Dieu. En effet, ils n'ont fait qu'exécuter la volonté  du Seigneur, dont le verdict était la crucifixion de Son fils. Ils n'ont donc été que l'instrument employé pour réaliser cet acte.            .
 
7-La descente du fils de Dieu et sa crucifixion pour expier les péchés de l'humanité étaient- elles nécessaires, ou bien y avait-il d’autres moyens permettant pour accéder au pardon de Dieu ?
Que disent les chrétiens en réponse à une telle question ? L'écrivain chrétien, le  prêtre Paul Sabat écrivit :
« l'Incarnation du Verbe Divin n'était en rien nécessaire pour sauver l’humanité, compte tenu de la force divine dépassant les limites de l'entendement”, puis il continua et évoqua la raison du choix du Verbe Divin afin d'expier les péchés de l'humanité : “ Malgré tous les moyens qu'Allah possède pour absoudre et sauver les humains de la perdition, résultante de leurs erreurs et leur désobéissance à l'ordre Divin, Dieu – exalté soit-Il –, voulut que le sacrifice se fasse avec ce qu'Il avait de plus cher, afin de montrer Son  désir ardent de voir Son intention concrétisée   dans les plus brefs délais”. 
Or, le plus simple moyen que Dieu - Le tout Puissant - possède, si on utilise le langage de ce prêtre, est qu'Il dise : Je te pardonne ô Adam. Cela est stipulé de la sorte dans le Saint Coran : { Puis Adam reçut de son Seigneur des paroles, et Allah agréa son repentir car c'est Lui certes, le Repentant, le Miséricordieux.}
 
Et nous crions au visage de ce révérend pour lui dire : il n’est pas raisonnable de faire un sacrifice au prix d’un dinar alors qu’on peut le faire à un  moindre prix.Il y a également une autre réponse à cette question apportée par un autre écrivain chrétien, le père Paul Alyafi qui dit :
«Nul  doute que le Christ avait la possibilité d'expier les péchés de l’humanité  et de les réconcilier avec son Père au moyen d’ un seul mot ou bien d'une simple prosternation, au nom de tous les êtres humains, en direction de son Père céleste. Mais il préféra souffrir, non pas  qu’il fut masochiste ou que son Père fut un oppresseur ragaillardi par la vue du sang, particulièrement celui de Son fils unique, car Dieu n'est pas cruel injuste, mais parce que le Dieu fils voulut avec le Dieu père, donner aux gens un exemple immortel de l’amour qui resterait eternel et pour les pousser à regretter tous les péchés qu’ils ont commis et les inciter à échanger l’amour avec Dieu »
Encore une fois, nous crions au visage de cet écrivain lui confirmant que : si certes il décrivit le mal avec précision lorsqu’il évoqua le sang et la cruauté, malheureusement quand il commenca à parler du remède, il trébucha et chuta pour ne dire que des mots insignifiants vides de toute signification.
8- Et nous revenons au prêtre Paul Sabat, le questionnant comme il l’a fait : Si le Verbe Divin s'est incarné pour effacer le péché originel, que  faire pour les péchés commis après ? L’écrivain répond comme suit :
« Si les gens récidivent les péchés, ils devront en assumer la responsabilité, parce qu’ils ont préféré de leur propre gré l’obscurité à la lumière. »
Par conséquent un seul péché fut effacé, alors que des millions d’autres persistent encore. Or, les gens vont être jugés pour ce qu’ils ont commis et certains de leurs péchés sont pires que la désobéissance d’Adam au Seigneur. Certaines personnes ont nié l’existence de Dieu, d’autres L’ont vilipendé et se sont moqués de Son enfer et de Son paradis. Pourquoi y a-t-il eu l’incarnation pour un seul péché commis, alors que des erreurs innombrables encore plus graves furent négligées après lui ?
9-La justice de Dieu était-elle absente depuis l'erreur d’Adam jusqu’à la crucifixion du Christ ? Doit-on comprendre que Dieu – exalté soit-Il - resta indécis entre la justice et la miséricorde pendant des milliers d’années, jusqu'à ce que le Christ, depuis  deux mille ans seulement, accepta de se crucifier pour le péché d’Adam.
10-Obligation est faite, comme dans toutes les lois, que la punition soit adéquate au délit. Peut-on parler d’une quelconque adéquation entre la crucifixion du Christ et le péché commis par Adam ?
11-Le péché commis par Adam consiste seulement à avoir mangé de l'arbre qui lui était interdit, et pour lequel Allah le punit – comme cela est reconnu par les chrétiens et les musulmans – en l'excluant du paradis. Nul doute que ce châtiment est suffisant, car le priver du paradis pour lui faire vivre une vie de souffrance et d'afflication est certainement une punition sévère. Cette punition fut choisie par Allah Lui-même, alors qu’Il était en mesure de lui infliger une peine plus dure. Comment peut-on penser que Dieu ait gardé rancune et  demeura fâché pendant des milliers d’années jusqu’à la crucifixion du Christ ?
12-Les gens ont vécu depuis Adam jusqu’à l’ère du Christ plusieurs événements. De nombreux tyrans périrent, particulièrement pendant l’ère de Noé, durant laquelle personne ne survécut sauf ceux qui crurent en lui, le suivirent et montèrent avec lui dans le bateau. Ces derniers  sont ceux dont Dieu était satisfait. Après tout cela, peut-il rester la moindre rancune ou la moindre haine nécessitant que le Christ se sacrifie pour sauver l'humanité ?
13 - L’écrivain chrétien qui se convertit à l’islam – Abdel Ahad Daoud et qui fut l’archevêque de Mossoul - réfute l’histoire de cette expiation d’une manière logique et dit : « Il est étrange que les chrétiens croient que ce secret théologique, qui est l’erreur d’Adam et la colère de Dieu à l'encontre de l'humanité qui en découla, demeura chose secrète ignorée par tous les prophètes précédents et que seule l'église découvrit après la crucifixion du Christ ».
14-Cet écrivain – Abdel Ahad Daoud - dit : « Ce qui l’a poussé à quitter le Christianisme c’est ce problème et la preuve de son invalidation lorsque l’église lui ordonna des dogmes que son esprit ne pu accepter  et qui sont :
· Le genre Humain est pécheur de façon catégorique et mérite le châtiment éternel.Allah n’épargnera aucun des pécheurs méritant l’enfer eternel, sans l'intercession d'un intercesseur.
· L'intercesseur doit être un Dieu parfait et un être humain parfait.
Cet écrivain entra dans un long débat avec les chrétiens à cause de ces dogmes. Les chrétiens pensent que l'intercesseur doit être exempt du péché d’Adam, et ils considèrent que c’est pour cela que le Christ est né sans père, pour éviter qu’il n’hérite du péché de son père.
L’écrivain leur demanda : “ Le Christ n’a-t-il pas hérité une part du péché par le biais de sa mère ?
Ils répondirent : ” Dieu a purifié Marie avant que l’enfant ne soit mis dans son utérus ».
 L’écrivain leur demanda encore : “ Si Dieu pouvait purifier aussi simplement que cela, puisqu’Il purifie certaines de Ses créatures, pourquoi alors n’a-t-Il pas purifié Ses créatures du péché de la même façon, sans avoir recours à l'envoi  de Son fils, la parodie de naissance et la crucifixion ?
Et nous renforçons le débat de Abdel Ahad  Daoud, concernant l’idée que l'intercesseur doit être exempt du péché d’Adam, d’où la naissance du Christ sans père et la purification préalable de Marie avant que Jésus (Issa) ne soit mis dans son utérus, nécessite un long trajet bien compliqué. En effet, il aurait était plus simple que le fils de Dieu descende directement sous l’apparence d’un être humain sans passer par l'utérus et l’accouchement.
 En conclusion, nous posons les deux questions suivantes :
Est-ce que tous les prophètes, Noé, Abraham, Moïse, etc., étaient souillés à cause du péché de leur père ? Est-il possible qu'Allah fusse fâché contre eux et les choisisse malgré tout afin de guider les gens vers le droit chemin ?
Nous soumettons ces questions aux chrétiens afin qu'ils essayent d'y répondre.