Comment la prophétie de Mouhammed, louanges et salut d'Allah sur lui, a elle été vérifiée?


La prophétie est soit revendiqué par la plus sincère des personnes ou bien par le plus grand des menteurs, ceci ne peut être confondu que par le plus grand des ignorants, puisque les indices indiquent leur situations et les fait connaitre.

Quant à la distinction entre le sincère et le menteur, elle se fait de plusieurs manières et cela dans toute revendication et cela dans une moindre mesure que la prophétie, qu'en est-il alors sur le fait de revendiquer la prophétie?

Quelle belle parole dite par Hassen ibn Thabit, qu'Allah l'agrée:

Et s'il n'y avait pas de signes clairs…..l'évidence t'apportera de fait les informations

Aucune personne n'ayant revendiquée la prophétie parmi les menteurs sans qu'il ne soit apparu de lui:

L'ignorance, le mensonge, la débauche, la mainmise du diable sur lui, la contradiction et la moquerie, tout cela est apparent pour celui ayant la moindre distinction.

Car il est nécessaire que le prophète informe les gens sur des choses et les ordonne d'effectuer d'autres, il est nécessaire aussi qu'il fasse des choses qui indiquent sa sincérité.

Quant au menteur, il apparait dans ce qu'il ordonne, ce qu'il informe et ce qu'il fait ce qui indique clairement son mensonge et cela à travers plusieurs aspects, tandis que le sincère est à l'opposé de cela.

Ces deux personnes revendiquant une chose: l'un parmi eux est sincère, tandis que l'autre est un menteur, il est nécessaire que la sincérité de l'un et le mensonge de l'autre apparaisse même après un temps, puisque la sincérité implique la piété tandis que le mensonge quant à lui implique la débauche.

Celui donc qui a connu le messager, sa sincérité, son honneur, la conformité de ses paroles à ses actes, sait pertinemment qu'il n'est pas un poète, ni un charlatan, un sorcier, colporteur et ni même un fou, bien au contraire, leur divergences et leur contradictions sur sa caractérisation est une preuve en elle-même qu'ils mentent.

Par ailleurs, les gens font la différence entre une personne sincère et un menteur, et cela en utilisant plusieurs types de preuves, même au niveau des créations ou bien des essais, comme celui qui revendique un savoir-faire dans l'agriculture, la couture, l'écriture, la grammaire, la médecine, la jurisprudence et d'autres.

La prophétie englobe des sciences et des actes que le messager doit nécessairement se caractériser avec, elle est la plus noble des sciences et le plus noble des actes. Comment le sincère peut-il être donc confondu avec le menteur?

Nul doute auprès des connaisseurs que l'information apportée par une ou deux ou voir trois, peut être appuyée par des indices qui lui donne le statut de science essentielle, le fait aussi de connaitre l'agrément d'une personne, ou bien son amour, sa colère, sa tristesse ou d'autres sentiments intérieurs se fait par le biais des éléments apparaissant sur son visage qu'on ne peut forcément expliquer.

Si la sincérité de l'informateur ou bien son mensonge peut être connue par le biais des indices, qu'en est-il alors d'une personne revendiquant être un messager d'Allah? Comment la sincérité de celui-ci peut être confondue avec son mensonge? Comment ne pas distinguer le véridique en cela du menteur avec la présence des preuves?

C'est ainsi que Khadija, qu'Allah l'agrée, l'épouse du prophète dès lors qu'elle savait qu'il était véridique et bon et que lorsqu'il a reçu la révélation lui a dit:" j'ai craint pour moi", elle a alors répondu: " non par Allah, Il ne te déshonoras point, tu noue les liens de parenté, tu es véridique dans tes propos, tu prends en charge les difficultés, tu viens en aide aux pauvres, tu donnes à ceux qui ne possèdent rien et tu apportes ton soutien lors des moments difficiles"

Il n'a pas eu peur du mensonge délibéré, puisqu'il sait, louanges et salut d'Allah sur lui, qu'il n'est pas un menteur, mais il a eu peur d'être atteint par un mal, c'est là que Khadija a évoqué ce qui vient réfuter ceci, et cela en évoquant les choses innés en lui parmi ses bon comportements et ses excellents traits de caractère, car il était connu et cela selon la prédisposition divine que celui qui détenait des caractères innés parmi les bons comportements et était exempts des mauvais n'était pas déshonoré par Allah.

Il en est de même du Najachi - le roi d'Ethiopie – lorsqu'il s'est informé auprès des musulmans ayant émigré dans son pays de ce qu'il disait et lorsqu'il leur a demandé de réciter le Coran a dit: ceci et ce quoi est venu Moïse, paix sur lui, ne sortent que d'une seule niche. [Voir le récit complet dans le mousnad de l'imam Ahmed n° 1740 ]

Il en est de même de Waraqa ibn Nawfal, lorsque le prophète, louanges et salut d'Allah sur lui, l'a informé de ce qu'il a vu, Waraqa étant devenu auparavant chrétien et traduisait l'évangile en arabe, Khadija lui a alors dit: ô mon oncle, écoute ce que va te dire ton neveu, le prophète, louanges et salut d'Allah sur lui , l'a alors informé  de ce qu'il a vu, Waraqa a alors dit: " ceci est le Namous qui venait voir Moïse" [ rapporté par Mouslim, livre de la foi, chapitre: le début de la révélation]

Il en est de même pour Héraclius l'empereur Romain, ceci lorsque le prophète, louanges et salut d'Allah sur lui, lui a écrit une lettre l'appelant à embrasser l'islam, il a alors demandé s'il y avait des arabes dans son pays, Abou Sofiene était justement venu avec un groupe parmi les gens de Quraish pour commercer au shaam, il les a donc questionné sur la situation du prophète, louanges et salut d'Allah sur lui, et a questionné en l'occurrence Abou Sofiene et a demandé au reste du groupe s'il venait à mentir de le discréditer, leur silence fut donc un accord de leur part avec ce qu'il allait dire, il ( Héraclius) a donc dit: y avait-il parmi ces ancêtres des rois? Ils ont répondu: non, il a demandé: y a-t-il quelqu'un avant lui ayant déclaré ces propos? Ils ont répondu: non, il a demandé: est-il d'une grande lignée parmi vous? Ils ont répondu: oui, il leur a demandé: l'accusiez-vous de menteur avant qu'il ne déclare cela? Ils ont répondu: non, nous n'avons pas remarqué de lui quelques mensonges, il leur a demandé: ceux qui le suivent sont-ils les faibles ou bien les nobles? Ils ont répondu: ce sont les faibles qui le suivent, il leur a demandé: leur nombre augmente ou bien diminue il? Ils ont répondu: ils augmentent plutôt, il leur a demandé: y a-t-il parmi eux ayant apostasié de sa religion par agacement après l'avoir embrassé? Ils ont répondu alors: non, il leur a demandé: l'avez-vous combattu? Ils ont répondu: oui, ils leur a demandé concernant la guerre entre eux? Ils ont répondu: il avait le dessus sur nous tantôt et tantôt nous, il leur a demandé: trahis il? Ils ont répondu: il ne trahit pas, il leur a demandé: que vous ordonne il? Ils ont répondu: il nous ordonne d'adorer Allah seul et ne rien lui associer, il nous ordonne de mettre fin à ce que nos ancêtres adoraient, il nous ordonne d'effectuer la salat, d'être véridique, d'être chaste et de nouer les liens de parenté….Ceux-ci sont plus de dix questions.

Puis il leur a clarifié les preuves de sa prophétie à travers ces questions, en leur disant:

Je vous ai demandé s'il y avait parmi ses ancêtres des rois? Vous m'avez répondu que non, je me suis dit s'il y a avait parmi ses ancêtres des rois j'aurais conclu que c'était un homme qui réclame le pouvoir de ses ancêtres.

Je vous ai demandé s'il y avait une personne ayant déclaré ces propos avant lui? Vous m'avez répondu que non, je me suis dit: s'il y avait une personne ayant déclaré ces propos avant lui, j'aurais conclu que c'est un homme qui suit des propos ayant été dits avant lui.

Je vous ai demandé si vous l'accusiez de menteur avant qu'il ne déclare cela? Vous m'avez répondu que non: j'étais convaincu qu'il n'allait pas s'abstenir de mentir aux gens puis d'aller mentir sur Allah.

Je vous ai demandé si ce sont les faibles qui le suivent ou plutôt les nobles? Vous m'avez répondu que ce sont les faibles qui le suivent, effectivement ce sont bien les suiveurs des prophètes, et cela au tout début de la prédication.

Je vous ai demandé si leur nombre augmentait ou bien diminuait? Vous m'avez répondu que leur nombre augmentait,  ainsi est la foi jusqu'à ce qu'elle se complète, je vous ai demandé aussi s'il y en avait parmi eux qui apostasiaient de sa religion par agacement après l'avoir embrassé? Vous m'avez répondu que non, ainsi est la foi lorsqu'elle se mélange aux cœurs, personne ne s'en agace.

Ceci étant parmi les plus grands signes de la sincérité et de la vérité, puisque la finalité du mensonge et le faux c'est nécessairement d'être divulgués, ces suiveurs s'en éloigneront alors tandis que les autres s'en écarteront, le mensonge se répand ainsi et cela temporairement puis se divulgue.

Je vous ai demandé aussi comment était la guerre entre vous? Vous m'avez répondu que c'était variable, ainsi sont les messagers, ils sont éprouvés puis l'issue leur est favorable, puis je vous ai demandé s'il trahissait? Vous m'avez répondu que non, ainsi sont les messagers, ils ne trahissent point.

Ceci du fait qu'il avait connaissance des habitudes des messagers et la prédisposition divine sur eux, parfois Il leur accorde la victoire et parfois Il les éprouve et qu'ils ne trahissent pas, il a su donc que ce sont les signes des messagers et que la prédisposition divine sur les prophètes et les croyants est qu'Ils les éprouvent, tantôt ils sont heureux et tantôt tristes afin qu'ils atteignent une degré de remerciement et de patience.

Puis il a dit, je vous ai aussi demandé que vous ordonnait-il? Vous m'avez répondu qu'il ordonne d'adorer Allah et de ne rien lui associer, et d'effectuer la salat, d'être véridique, chaste et de nouer les liens de parenté, qu'il vous interdis d'adorer ce que vos ancêtres adoraient, ceci est bien la caractéristique d'un prophète et je savais pertinemment qu'un prophète allait apparaitre mais je ne savais pas qu'il allait être parmi vous, j'aurais espéré aller vers lui et si je n'étais pas dans mes occupations de roi je serais parti vers lui, si tu dis est vrai il posséderas l'endroit même où je pose mes deux pieds.

Abou Sofiene ibn Harb était l'interlocuteur et il était à cette époque mécréant et fut parmi ceux qui détestait le plus et avait le plus d'animosité envers le prophète, louanges et salut d'Allah sur lui, Abou Sofiene avait dit: j'ai dit alors à mes compagnons pendant que nous sortions: " la situation d'ibn Abi Kabcha ( il insinuait le prophète Mouhammed, louanges et salut d'Allah sur lui ) a pris de l'ampleur! Même l'empereur romain lui donne de l'importance, j'étais sûr et certain que le prophète, louanges et salit d'Allah sur lui, allait prendre le dessus jusqu'à ce qu'Allah fasse entrer l'islam tout en étant contraint. [Voir le recueil authentique d'Al Boukhari, chapitre du début de la révélation, hadith numéro: 6]

Ce qu'il convient de savoir est que: ce qui se passe dans le cœur est le regroupement de plusieurs éléments, nul élément ne peut être indépendant de l'autre et ce qui arrive à l'être humain – comme satiété, abreuvement, remerciement, bonheur et chagrin – ce sont des éléments regroupés qui ne peuvent arriver par le biais de quelques éléments, mais par le biais de certains il peut y avoir une partie de cela.

Il en est ainsi pour l'obtention d'une information parmi d'autres, l'information provenant d'une personne fait en sorte que le cœur obtienne un type de pensée, puis un autre vient l'appuyer jusqu'à atteindre le niveau de science et cela en augmentant et en se renforçant. Il en est de même pour les preuves concernant la sincérité et le mensonge et bien d'autres choses. 

Et nous aujourd'hui si nous apprenons par récurrence les situations des prophètes, de même leurs alliés et leurs ennemis – nous saurons pertinemment qu'ils étaient véridiques et étaient sur la vérité, car celui qui sait ce que les messagers ont apporté en ce qui concerne les législations et ses détails, apprend qu'il sont les plus savants des créatures, et que cela ne peut en aucun cas provenir d'un menteur ignorant, de même ce qu'ils ont apporté comme intérêts, miséricorde, guidée, bien et d'orientation à la création vers ce qu'il leur est utile et ce qui les nuit – nous clarifie que cela ne peut provenir que d'un pieux miséricordieux ne voulant que le bien et l'intérêt de la création.

Référence: l'explication de la aquida at tahawiyya d'ibn Abi Al Izz al Hanafi, page 150,