Définition de l’islam

Révision : Malika Oujdiya

Définition de l’islam

Qu’est-ce l’islam? Et comment se convertir?

    Tout courant de pensée, toute organisation ou toute association peut être défini d'utile ou d'inutile, de  bon ou de mauvais. Tous sont basés sur  des principes et des idéologies qui définissent leurs directions et leurs  objectifs, et tiennent lieux de statuts pour leurs membres et leurs adeptes.

Quiconque veut devenir membre dune association s’intéresse tout d’abord à ses principes. Si il les accepte en reconnaissant leurs véracités, par sa pensée et sa raison et fini par ne plus en douter, il demande alors à  y adhérer. Il a alors l'obligation de respecter ses statuts. de payer les cotisations d’adhésions spécifiées par son règlement intérieur  et il lui faut après cela montrer à travers ses agissements qu’il dédie sa personne à ses principes. Il s’en imprègne constamment et ne commet aucun acte qui les contredit, il doit plutôt être exemplaire en faisant  preuve de bonne moralité et de bons comportement en invitant les gens à y adhérer. Adhérer à une association c’est : connaitre son règlement, croire en ses principes, respecter ses décisions, obéir à ses lois. Ceci est un concept général applicable à l’Islam.

Celui qui veut entrer en l’islam premièrement doit accepter ses fondations idéologiques et y croire fermement jusqu'à ce qu’elles deviennent pour lui une doctrine.

Et ce fondement se résume au fait qu’il croit que la vie dans ce monde n’est pas la seule vie qui existe.

Et l’homme ne s’est pas créé lui-même et toutes ces choses autour de lui ne l’ont pas créé car lui est doté de raison et qu'elles ne le sont pas.

Certes un DIEU Unique l’a créé et a créé tout ce qui existe autour de lui à partir du néant, et il est le SEUL qui donne la vie et la mort, et c’est LUI qui a créé toute chose et si Il le veut Il l’anéantit et le fait disparaitre. Ce DIEU rien ne lui ressemble dans l'univers. Il existait avant toute chose et n’a pas de début, il est éternel et n’a pas de fin. Il est capable de toute chose et n’a pas de limite, Il connait toute chose et rien n’échappe à sa connaissance, Il est juste et Sa justice ne peut jamais être comparée à la justice humaine, c’est Lui qui a établi les Lois que nous appelons (les lois de la nature) et Il a créé toutes choses avec mesure, et il a déterminé depuis toujours ses détails et ses catégories, et tout ce qui s’y trouve (de vivant et d’inerte) leurs mobilités et leur immobilités, leurs stabilités et leurs mutations, leurs actions et leurs inactions. Il a doté l’homme d'une raison qui lui donne le pouvoir sur la plupart des choses qui lui sont soumis et il peut en faire usage comme il le désire. Il lui a donné la faculté de faire des choix et une volonté qui lui permet de les réaliser. Il a réservé après cette vie éphémère une vie éternelle dans l’au-delà où le bienfaiteur sera récompensé par le paradis et le pécheur punit de l’enfer.

Ce DIEU est Unique. Il n’a pas d’associés qu’on adore en dehors de Lui, ni d'intermédiaires à travers lesquels on se rapproche de Lui et qui intercèdent en faveur de quelqu’un sans son agrément. L’adoration sous toutes ses formes est dédiée à Lui seul.

Il a créé les créatures matérielles qui sont visibles grâce à nos sens ainsi que les créatures qui nous sont invisibles. Certaines sont inertes sans vie et d’autres vivantes et responsables. Parmi les vivantes, celles qui sont seulement destinées au bien, ce sont les anges, et parmi elles celles qui sont seulement destinées au mal, les diables, et celles qui constituent un mélange des deux catégories, le bon et le mauvais, le juste et l’injuste, ce sont les Hommes et les djinns.

Il choisit parmi les hommes des prophètes à qui Il révèle Sa législation par l'intermédiaire d'un ange. Ensuite, ils sont chargés de la transmettre aux restes des Hommes.

Ces législations révélées du ciel sont contenues dans des livres et des feuillets. Les plus récentes abrogent ou rectifient les plus anciennes. Le dernier parmi ces livres est le CORAN. Des livres et des feuillets ont été  déformés avant lui, ou ont été perdus et oubliés. Le CORAN est resté exempté de déformation et de perte, et le dernier de ces prophètes est Mohamed fils de Abdoullah, un arabe de la tribu Quoraish, -que le salut et la paix soient sur lui et sur le reste des messagers-. C’est par lui qu’a été décrété la fin des prophètes, il n’y aura pas de prophète après lui.  

Le CORAN est la constitution de l’islam, donc celui qui croit qu’il vient d’Allah, est alors nommé croyant.

Seul Dieu peux juger de la sincérité de cette foi car seul Lui connait ce que recèlent les cœurs et non les hommes, de ce fait le croyant doit déclarer sa foi en prononçant les deux attestations.

J’atteste qu’il n’y a pas de divinités autre qu’Allah, et j’atteste que Mohamed est son prophète.

Lorsqu'il les prononce, il devient musulman, c'est-à-dire : un vrai citoyen de la nation musulmane. Il jouira de tous les droits dont jouissent les musulmans et il devra accepter d’accomplir tous les devoirs que lui impose l’islam.

Ces devoirs (c'est-à-dire les adorations) sont peu nombreux et faciles, ils ne contiennent pas de souffrances exagérées, ni de gènes.

Premièrement : il doit accomplir la prière de l’aube, qui contient deux RAKAT (unité de mesure des prières qui comporte des faits et des paroles bien définis) pour se rapprocher de son Seigneur. Il Lui demande ses bienfaits et cherche refuge auprès de Lui contre Sa punition. Avant cela, il effectue les ablutions c'est-à-dire qu’il lave ses membres, ou il lave tout son corps (s’il est en état de janaba {impureté}).

Il effectue les deux prières de la mi-journée qui font chacune quatre RAKAT ensuite il fait la prière du coucher du soleil qui fait trois RAKAT et enfin la prière de la nuit qui fait quatre RAKAT.

Ce sont les cinq prières obligatoires. Le temps nécessaire pour les effectuer ne dépasse pas une demi-heure par jour, il n’y a pas d'endroit spécifique pour les accomplir, il n'est pas demandé la présence d'une personne religieuse sans lequel la prière ne serait pas valable. Il n'y a pas non plus d'intermédiaire entre le musulman et son Seigneur comme pour le reste des adorations.

Deuxièmement : il y a dans l'année un mois particulier, dans lequel le musulman avance son petit déjeuner au milieu de la nuit au lieu de le prendre le matin, et il retarde son déjeuner jusqu'au coucher du soleil. Dans la journée, il s’abstient de la nourriture, de la boisson, et des rapports sexuelles. Ce mois est consacré à la purification de son âme. Il y repose son système digestif, améliore  son comportement et sa santé. Ce mois réunie les gens autour du bien et fait disparaitre les inégalités.

Troisièmement :S'il lui reste après ses dépenses et celles de sa famille, une quantité déterminée de bien épargnée durant une année sans qu'il en ai besoin, il a le devoir de verser après l'écoulement de cette année, la somme équivalente à 2.5% aux pauvres et aux nécessiteux. Il ne sentira pas le poids de cette dépense. Ceci constitue une aide aux nécessiteux, et est un pilier de son appartenance à cette communauté. Elle est également un remède contre la pauvreté qui est le pire des maux.

Quatrièmement : L'islam a organisé pour sa société des "rencontres périodiques" qui se déroule cinq fois par jour comme pour les cours à l'école, ce sont les cinq prières quotidiennes à la  mosquée. Chaque membre confirme à travers elle sa dévotion pour Allah en se tenant debout devant Lui. Les fruits de ces rencontres sont que le fort apporte son aide au plus faible, le savant apprend à l’ignorant, et les riches aident les pauvres. La durée nécessaire pour chaque prière à la mosquée  est de un quart d’heure environ, elle n’empêche pas le travailleur de faire son travail, ni le commerçant de faire son commerce.

Une autre rencontre se tient une fois par semaine, c'est la prière du vendredi. Elle dure moins d'une heure.

Et la présence à cette prière est obligatoire pour les hommes.

Une autre rencontre a lieu deux fois dans l'année c'est la prières du 'id. et il n'est pas obligatoire de l'accomplir.

Une autre rencontre qui est semblable à  une assemblée générale des peuples du monde entier qui se tient une fois chaque année dans un endroit bien précis, il est un devoir pour le musulman d’y prendre part une seule fois dans sa vie, s’il en a les moyens, il s’agit du Pèlerinage.

Les actes d’adorations ci-dessus sont ceux qui constituent un devoir pour le musulman.

L'adoration consiste aussi à s’abstenir de commettre des actes bien précis, des actes dont les hommes doués de bon sens sont unanimes sur leurs méfaits, et qu’il est un devoir de s’en abstenir, comme le meurtre sans raison, porter atteinte à l’intégrité des gens et de leurs bien, l’injustice sous toutes ses formes, la consommation de drogue et d'alcool, l’adultère qui est une offense à la dignité et est la cause d'enfants illégitimes, l’usure, le mensonge, la tricherie, l’escroquerie, la désobéissance aux parents, jurer en mentant, le faux témoignage, et tous les actes de ce genre qui sont malsains et mauvais.

Si le musulman n’accomplit pas certains de ses devoirs ou commet certains actes interdits, ensuite revient et se repent et demande le pardon d’Allah, Allah lui pardonne, et s’il ne demande pas le pardon de ses péchés il est toujours considéré comme un musulman, mais demeure un pécheur qui mérite la punition dans l’au-delà, mais sa punition est conditionnée par la volonté d’Allah, et elle ne sera pas éternelle comme la punition des mécréants.

Mais s’il renie certains principes et fondements de l’islam ou a des doutes sur ces derniers, ou dément un devoir qui est reconnu à l’unanimité, ou un interdit qui est reconnu comme tel à l’unanimité, ou renie ne serait-ce qu’un seul mot du CORAN, il sort de la religion, et est de ce fait considéré comme un apostat et perd son appartenance à la communauté musulmane.

Il se peut que le musulman manque à certains de ses devoirs, ou commette certains interdits tout en reconnaissant qu'il est fautif, il demeure donc musulman mais pécheur, par contre la foi elle, doit être intégrale, s’il croit par exemple en la doctrine à quatre-vingt-dix-neuf pour cent et ne croit pas en un pour cent, il est considéré comme un mécréant.

Il se peut qu’il soit musulman sans pour autant être croyant, ceci est comparable à une personne qui s'affilie à un groupe ou à une organisation, participe à ses réunions, paie les cotisation, et effectue son devoir de membre, mais n’accepte pas ses principes, et n’est pas convaincu de leurs véracités, mais il adhère plutôt à cette organisation pour l’espionner, ou pour la détruire.

Celui-là est appelé l’hypocrite, il prononce les deux attestations de foi, accompli les actes d’adoration apparentes, mais en réalité il n’est pas un vrai croyant et ne compte pas parmi les gagnants auprès d'Allah,  même si aux yeux des gens il est considéré comme un musulman, car les gens ne jugent que ce qu’ils voient, et Allah seul connait les secrets et ce qui est dans les cœurs.

Si quelqu’un croit aux principes idéologiques de l’islam, c'est-à-dire une croyance ferme en Allah, sans Lui associer quoi que ce soit, ne lui  attribue aucun intermédiaire, croit en Ses anges, en Ses prophètes, en Ses livres, à la vie dans l’au-delà, au destin, prononce les deux attestations de foi, prie les prières obligatoires, jeûne le mois de ramadan, s'acquitte de  la zakat (l’aumône), si ceci est un devoir pour lui, accomplit le pèlerinage une fois dans sa vie(s’ils en a les moyens),  s’abstient de commettre des actes considérés comme interdits à l’unanimité, il est alors un croyant musulman, mais le fruit de la croyance n’apparaitra pas en lui, il n’en ressentira pas le plaisir, et ne sera pas un musulman complet, tant qu’il n’empruntera pas dans sa vie le chemin d’un croyant musulman.

Le prophète d’Allah (paix et salut d’Allah sur lui) a résumé cela de manière très concise et d'une grande éloquence.

Une parole qui contient le bien dans sa totalité, les biens de ce monde ici-bas, et ce qui en résulte comme récompense dans l’au-delà.

Cette parole, le musulman se doit de ce la rappeler constamment; debout, assis ou allongé, lorsqu'il est en public ou en privé, lorsqu'il plaisante ou est sérieux, qu’Allah est au courant de tout ce qu’il fait, et qu’Il a son regard porté lui. Il ne doit donc pas Lui désobéir et doit se rappeler qu’Il (Allah) le voit. Sachant qu’Allah est avec lui, il ne doit pas avoir peur ou être désespéré, il ne doit pas se sentir seul, ni se sentir dépendant de personne, et même s’il pèche (il est par nature pécheur) il revient vers Lui (Allah) en se repentant, et Allah lui pardonnera.

Tout ceci est contenu dans la parole du messager d’Allah (paix et salut d’Allah sur lui) dans sa définition de la bienfaisance : ’’que tu adores Allah comme si tu Le voyais, et si tu ne Le vois pas Lui te voit’’.

Ceci est l’Islam, qui est une religion de tolérance, facile et  simplifié, qui est compréhensible par l’illettré et le lettré, adaptable au petit et au grand. Elle n'impose à personne de faire ce qui n'est pas en sa capacité, elle  garantit toutes les libertés tant que celles-ci n’engendrent pas de désobéissance au Seigneur ou de nuisance à autrui. L’islam est de ce fait une religion de sécurité, de tolérance et de paix.

Ceci est l’Islam d’une manière générale.

Source : définition générale de l’islam.

Auteur : Sheikh Ali Al-Tantaawi qu’Allah lui fasse dans sa miséricorde.