Extraits du livre : L'Islam à la croisée des chemins


Extraits du livre : L'Islam à la croisée des chemins

 

Auteur du livre: Mohammed Asad ( Léopold Weiss )

 

- Ce à quoi je pensais en écrivant ce livre était d'éveiller la conscience des musulmans pour qu'ils voient qu'ils sont socialement et culturellement différents de la très puissante société occidentale, puis d'approfondir leur fierté de leurs traditions et institutions et leur adhésion à celles-ci afin de pour garder cette différence importante en vie et les rendre à nouveau culturellement créatifs.

- En 1922, j'ai quitté mon pays d'origine (l'Autriche) pour voyager.. Se déplaçant dans l'Orient islamique.. J'ai vu devant moi un système social et une vision de la vie fondamentalement différente de ce que connaît l'Européen. Dès le début, j'ai développé une sympathie pour la vie plus calme et en disant plus correctement: plus humaine, par rapport au genre de vie rapide et mécanique en Europe. Cette sympathie m'a conduit progressivement à rechercher les causes de cette disparité, je me suis donc intéressé aux enseignements religieux des musulmans... Cet intérêt m'a ouvert un nouvel horizon d'où m'apparaissait une société humaine progressiste, organisée avec la moindre contradiction interne et de plus large degré de sentiment fraternel.

- La vérité est que la vie musulmane contemporaine est très loin des possibilités idéales dans les enseignements religieux de l'Islam. Tout ce qui est dans l'Islam qui concerne le développement et le mouvement s'est transformé en retard et stagnation... J'ai essayé de résoudre le problème devant moi d'un point de vue intime... je suis devenu sûr que la première et unique raison du déclin social et culturel des musulmans est qu'ils ont progressivement cessé de suivre les enseignements de l'Islam. L'Islam existe toujours, mais c'est un corps sans âme.

- Pourquoi êtes-vous converti à l'Islam ? Et qu'est-ce qui vous a attiré chez lui en particulier ? Et je dois admettre que je n'ai pas de réponse convaincante unique. Ce n'était pas une chose en particulier parmi ses enseignements qui m'a attiré vers lui; C'était plutôt sa structure complète, grande et interconnectée d'enseignements moraux et le système pratique de la vie. À ce jour, je ne peux pas clarifier quel aspect de celui-ci m'a plus attiré que les autres. L'Islam me semble être une œuvre d'ingénierie complète; Toutes ses parties ont été harmonieusement évaluées pour se compléter et se soutenir. Rien dedans n'est plus ou moins que le besoin. Le résultat : une construction infinie en équilibre et une coalition cohésive.

C'est peut-être ce sentiment que tous les enseignements et les règles de l'Islam avaient été mis à leur bonne place qui m'en a donné la plus forte impression.

- Depuis lors, j'ai eu envie d'en apprendre le plus possible sur l'Islam. ... J'ai pu comparer la plupart des différentes opinions religieuses et sociales courantes dans le monde islamique à cette époque. Ces études et comparaisons ont créé en moi une solide conviction que l'Islam, en tant que phénomène de croyance, est toujours, malgré tous les problèmes qui ont surgi en raison des lacunes des musulmans, la plus grande des forces motrices connues de l'humanité.

- L'Islam n'est pas seulement une tendance mentale et spirituelle qui peut être modifiée pour s'adapter à différentes atmosphères culturelles, c'est une galaxie complète sans précédent de systèmes culturels et sociaux bien définis et clairs.

Et lorsque l'influence d'une civilisation étrangère s'étend jusqu'à nous et provoque certains changements dans notre vie culturelle, nous devons vérifier si cette influence étrangère va-t-elle dans le sens de notre potentiel culturel ou contre lui ?

 - Parce que la civilisation islamique est - fondamentalement - religieuse ; Il faut essayer de définir la fonction générale de la religion dans la vie humaine.

- Ce que nous appelons (orientation religieuse) est le résultat naturel de la formation mentale et organique de l'homme. L'homme est incapable de connaître le secret de la vie, le secret de la naissance et de la mort, et le secret de l'éternité et de l'éternité... Il doit choisir uniquement l'une des deux destinations:  

- La première : arrêter toute tentative de comprendre la vie dans sa globalité. Dans ce cas, il doit s'appuyer uniquement sur l'évidence de l'expérience extérieure ; Il limite sa compréhension de la vie aux limites de ces expériences, et ainsi il peut comprendre des éléments individuels de la vie qui peuvent augmenter en fonction de l'augmentation de la connaissance humaine de la nature, mais elles ne resteront que des éléments seulement ; Car la connaissance complète de la vie en général restera hors de portée des moyens et outils de l'esprit humain.

- La seconde : choisir la voie de la religion, et cela le conduit, au moyen d'une expérience subjective dominée par l'inspiration, à accepter une solution émotionnelle à la vie en croyant qu'il existe une force créatrice suprême qui gouverne l'univers en fonction d'une création éternelle que l'entendement humain ne comprend pas.

- et l'orientation religieuse est la seule possibilité théorique pour une compréhension complète de la vie dans laquelle l'origine et les fins de la vie sont unies dans une globalité équilibrée et harmonieuse…

o Le religieux sait que tout ce qui lui arrive ou en partie ne peut être le résultat d'un jeu aveugle de forces irrationnelles sans but, mais il est certain que cela se fait par la volonté d'Allah seul et cela en concordance avec sa science de sa création et son destin universel, et ainsi l'homme est capable de résoudre le conflit entre l'âme humaine et le monde des faits et des apparences appelé nature.

o Le grand intérêt que la religion procure à l'homme est qu'elle lui fait comprendre qu'il ne peut être qu'une unité bien contrôlée dans le mouvement de l'existence. Le résultat mental de cette prise de conscience : un profond sentiment de sécurité psychologique; C'est l'équilibre entre les espoirs et les peurs qui distingue le religieux du non-religieux.

o Les religions partagent leur exigence morale pour que l'homme se soumette à la volonté suprême d'Allah. Mais l'Islam seul va au-delà d'un énoncé théorique, car ses enseignements ne s'arrêtent pas à l'unité de vie, mais plutôt l'Islam nous montre la manière pratique pour chacun de nous de produire - selon ses capacités - l'unité de pensée et l'unité d'action dans son existence et sa conscience.

o En réalité, l'Islam n'est ni une pensée imaginaire ni une philosophie, c'est plutôt une organisation de la vie en accord avec ce sur quoi Allah a créé la nature de sa création, elle est dans la perfection de sa créativité en parfaite harmonie entre les caractéristiques spirituelles et le matérielles de l'existence humaine.

o C'est ce que, je pense, est à l'origine de la spécificité du type de prière dans l'Islam, où l'humilité du cœur et les mouvements corporels sont harmonisés....; La prière en Islam consiste en une concentration du cœur et des mouvements corporels; Parce que la vie humaine se compose de ces deux caractéristiques ensemble, et parce que nous devons nous tourner vers Allah avec tous les pouvoirs qu'Allah nous a accordés.

- Pour clarifier davantage cette question, nous regardons la circumambulation, qui est la circumambulation de la Kaaba à La Mecque, où chaque musulman qui entre dans la Ville Sainte (pour le Hajj et la Omra) doit faire sept fois le tour de la Kaaba... Nous nous demandons : Qu'est-ce que cela veut dire? Est-il nécessaire de montrer notre religiosité de cette manière formelle?

o La réponse : si nous nous déplaçons en cercle autour d'un objet ; Nous décidons que cette chose est le centre de notre travail. La Kaaba, vers laquelle chaque musulman tourne son visage dans la prière, symbolise l'unicité d'Allah, et le mouvement corporel du pèlerin dans la circumambulation symbolise l'activité de la vie humaine. Nos actions et objectifs devraient être l'unicité d'Allah au centre de son activité, selon les paroles d'Allah le Tout-Puissant : { Je n'ai créé les djinns et les hommes que pour l'adoration}.

- Sur cette base, le culte dans la religion islamique est différent du culte dans n'importe quelle religion; Parce que l'adoration dans l'Islam ne se limite pas à des actes d'adoration abstraits, tels que la prière et le jeûne, mais s'étend également à toute la vie humaine pratique. Et si le but général de notre vie est d'adorer Allah; Nous devons considérer cette vie comme une responsabilité morale intégrée.

- L'Islam nous enseigne d'abord : qu'adorer Allah dans toutes les actions de la vie humaine est le vrai sens de la vie. Deuxièmement : il est impossible d'y parvenir si nous divisons la vie en deux parties (matérielle et spirituelle); Au contraire, nous devons les lier ensemble dans notre réflexion et nos actions.

- Autre différence entre l'Islam et les autres religions: que les enseignements de l'Islam soignent - non seulement - les relations invisibles entre l'homme et son Créateur, mais aussi soignent les relations terrestres entre l'individu et son environnement social.

- L'Islam seul parmi toutes les religions déclare que la perfection humaine individuelle est possible dans la vie de ce bas monde; Il ne retarde pas la réalisation de cela jusqu'à ce que ses désirs physiques soient supprimés. Différemment de ce qu'est le christianisme, l'hindouisme et le bouddhisme.

- Sur cette base, une personne, qu'elle soit ascète ou apprécie les plaisirs de la vie, et qu'elle soit un bédouin mobile dans le désert, ou un riche marchand, tant qu'elle se soumet à la loi d'Allah,  elle a la liberté de vivre sa vie personnelle selon son orientation naturelle.

- La base de cette liberté dans l'Islam: L'homme est instinctivement basé sur la vérité et la bonté, et contrairement à la croyance dominante parmi les chrétiens [contemporains] que l'homme est né avec le péché, et contrairement aux enseignements hindous que l'origine de l'homme est décadente et impur, et il doit faire des pas douloureux dans une longue série de transformations dans le sens d'atteindre le but de la pureté, la loi islamique confirme qu'une personne est née pure et a la capacité d'atteindre la perfection humaine ; Le Tout-Puissant a dit : { Nous avons créé l'être humain dans la meilleure stature }.

- Une personne peut conserver sa pureté originelle avec laquelle Allah l'a créée si elle adore Allah seul et suit sa loi en étant sincère avec Lui.

- L'idée de péché originel ou fondamental est contraire à la loi de l'Islam. Au contraire, une personne acquiert le péché de son plein gré si elle abuse de ses capacités individuelles qu'Allah a créées pour lui et lui a conféré.

- Nous tenons pour acquis que la vie après la mort nous donnera de nouvelles facultés et capacités qui permettront à l'esprit humain de se développer davantage dans ses ressentis et ses sentiments.

- L'Islam permet à une personne de profiter de tous les plaisirs mondains légitimes sans perdre son orientation religieuse.

- En Islam, nous ne reconnaissons pas l'existence d'un péché hérité parce que cette idée est contraire à la caractéristique d'Allah le Tout-Puissant qui est la justice. Allah ne tient pas l'enfant pour responsable du travail de ses parents.

- De même qu'il n'y a pas de péché hérité en Islam, il n'y a pas non plus de salut universel pour l'humanité; Le salut et le péché dans l'Islam sont individuels, chaque musulman est responsable du (salut) de lui-même, et il porte dans son cœur toutes les possibilités de succès et d'échec dans le suivi de la loi d'Allah. Allah le Tout-Puissant a dit : { Elle sera récompensée du bien qu'elle aura fait, punie du mal qu'elle aura fait } Et Allah le Tout-Puissant dit : { et qu'en vérité, l'homme n'obtient que [le fruit] de ses efforts }.

- L'Islam diffère dans sa vision de la vie mondaine de la vision de la vie occidentale, qui aime cette vie comme un glouton aime la nourriture. Quant à l'Islam, il regarde la vie avec calme et respect, et ne l'adore pas, mais il la considère comme une étape d'un chemin vers une vie supérieure, mais c'est une étape nécessaire, il ne peut mépriser ni déprécier sa vie mondaine.

- L'Islam conduit l'homme à ressentir une responsabilité morale dans toutes ses actions, petites et grandes.

- Chaque individu musulman doit se considérer responsable - dans une certaine mesure - de tout ce qui se passe autour de lui, et s'efforcer d'établir la vérité et mettre à bas le faux à tout moment, comme indiqué dans le verset du Livre d'Allah { Vous êtes la meilleure communauté sortie aux gens..}. C'est la justification morale de la puissante efficacité de l'Islam.

- La conquête dans les premiers jours de l'Islam était parfois une expansion et n'était pas motivée par l'amour du contrôle et n'avait rien à voir avec l'arrogance économique ou nationale, ni avec la cupidité d'augmenter le bien-être du musulman au détriment des autres, et il ne visait pas à contraindre les mécréants à l'Islam, mais il visait plutôt avant et après à créer un environnement meilleur pour le développement humain religieusement.

- La vertu vit et meurt en proportion de l'effort humain pour remporter sa victoire sur terre.

- Dans l'Islam, les considérations morales sont au-dessus de tout et déterminent tout, tandis que l'Occident moderne est régi dans toutes ses activités par des considérations d'intérêt pratique.

- Il y a une grande différence entre la compréhension d'un musulman et celle d'un Occidental de la valeur du progrès humain. L'Occident moderne croit au pouvoir de développement social et moral de l'humanité dans son ensemble à travers ses réalisations pratiques.

o Quant au point de vue du musulman, il s'oppose au point de vue occidental qui se limite au mouvement physique; L'Islam considère le potentiel moral de l'humanité en général comme constant, car il est implanté dans l'entité de la nature humaine depuis son existence... Parce que l'Islam détermine l'origine de la nature humaine, qui est l'esprit humain, pas une substance biologique.

o Dans la pensée occidentale, augmenter la connaissance matérielle et le luxe équivaut au développement moral humain, et c'est une erreur résultant de l'application des lois de la matière aux choses non matérielles. Les racines de cette erreur s'étendent à la croyance occidentale moderne selon laquelle il n'existe pas ce qu'appelle le musulman (l'âme). Quant à l'Islam, qui repose sur une réalisation métaphysique absolue, il considère l'existence de l'âme au-dessus de tout ou de tout soupçon, et bien que le progrès spirituel et le progrès matériel ne soient pas une seule chose, car ils se rattachent à deux aspects différents de la vie humaine et ni l'un ni l'autre d'entre eux dépend nécessairement de son progrès l'un sur l'autre, ils peuvent tous les deux se développer ensemble, bien que ce ne soit pas toujours le cas.

- Alors que l'Islam énonce clairement et appelle au progrès humain matériel, il nie clairement la possibilité d'un développement (spirituel) de l'humanité en général à travers ses réalisations générales; Parce que... il est nécessaire que chaque individu s'efforce d'atteindre le but religieux (le développeur de l'âme) avec son propre effort, et commence et termine lui-même cette quête.

- le devoir de la société est d'organiser le phénomène de la vie pour que l'individu trouve son chemin libre d'obstacles - autant que possible - mais aussi de trouver des encouragements pour réaliser son ambition spirituelle. Pour cela, la loi islamique traite à la fois des aspects religieux et mondains de la vie d'un musulman, ainsi que des aspects individuels et collectifs de la vie. Cet équilibre ne peut être atteint qu'en croyant en l'existence de l'âme et en l'existence d'un élément invisible qui régit la vie humaine. Mais l'Occidental civilisé, avec son semi-déni de l'existence de l'âme, ne trouve aucune importance pratique à s'interroger sur le but de l'existence de la création, car il a laissé derrière lui les considérations métaphysiques.

- Ce que nous appelons (l'engagement religieux) est basé sur la croyance en l'existence d'une législation complète et que nous, les humains, sommes obligés de respecter les commandements de cette législation, mais la civilisation occidentale moderne ne reconnaît pas la nécessité de l'engagement humain envers quoi que ce soit sauf pour les exigences économiques, sociales et nationales, et sa divinité n'est pas liée à la religion mais au luxe, et sa philosophie et sa vraie philosophie de vie vivante apparaît dans sa quête du pouvoir pour elle-même, tout ceci est hérité de la civilisation romaine.

- La civilisation occidentale ne nie pas la croyance en l'existence d'Allah, mais elle ne laisse pas de place ou d'avantage à cette croyance dans son système intellectuel actuel.

- L'ère scientifique moderne dans laquelle nous vivons aujourd'hui n'a pas commencé dans les villes chrétiennes européennes, mais plutôt dans les grandes métropoles islamiques. Tels que: Damas, Bagdad, Le Caire, Cordoue, Nichapour et Samarkand, et l'impact sur l'Europe a été grand.

- En fait, on trouve à la fin du 18e et au début du 19e siècle un certain nombre des figures religieuses les plus méritantes et les plus fortes dans les domaines de la philosophie, de l'art, de la littérature et des sciences expérimentales, mais cette idée religieuse de la vie était confinée à quelques individus. Quant à la plupart des peuples européens, ils n'ont pu ou ne voulaient pas retrouver le chemin de la religion.

- Peut-être que le facteur intellectuel le plus important qui empêche la résurrection religieuse en Europe est la croyance que Jésus est le fils d'Allah. Ils faisaient donc partie des esprits philosophiques qui n'ont pas pris l'idée de la filiation à Allah au pied de la lettre, mais ont plutôt compris qu'Allah a montré sa miséricorde sous une forme humaine. D'autres sont la majorité des chrétiens qui ont pris le mot (fils) littéralement pour son vrai sens ; Cela les a conduits à une idée humaine fantaisiste d'Allah Lui-même; puisqu'ils l'ont montré sous la forme d'un bon vieillard à la barbe abondante....Après la fin du Moyen Âge, les penseurs occidentaux ne pouvaient s'habituer à accepter l'idée humaine (divinité-Père)... Alors ils ont rejeté l'idée d'Allah et derrière elle la religion elle-même.

- En plus de cela, l'aube de l'ère industrielle et les brillantes manifestations du progrès matériel qu'elle a accompli ont commencé à attirer les gens vers de nouveaux intérêts... dans un antagonisme intentionnel à toute forme religieuse adoptée par l'homme.

- Par peur du retour du pouvoir de la religion et de son peuple, l'Europe est devenue le leader de tout ce qui est anti-religion en principe et en acte, et est ainsi revenue à son ancien héritage romain.

- L'Occidental - en général - qu'il soit démocrate ou fasciste, capitaliste ou communiste, ouvrier ou penseur, il ne connaît qu'une seule (religion) positive qui est le culte du progrès matériel, et la croyance que nous n'ont pas d'autre but que de se faciliter la vie. Les temples de cette (religion) sont les immenses usines, les cinémas, les laboratoires chimiques et les salles de danse. Les prêtres de cette (religion) sont : les banquiers, les ingénieurs, les acteurs de cinéma, les chefs d'industrie et les athlètes distingués. Le résultat inévitable de ce goût du pouvoir et du plaisir : la création de groupes antagonistes armés jusqu'aux dents, et déterminés à s'éliminer quand et où leurs intérêts s'affrontent.

- Dans la profonde transformation de la vie sociale en Occident; Cette morale utilitaire devient de plus en plus apparente. Toutes les vertus liées au bien-être matériel de la société, telles que la compétence technique et le patriotisme, sont encouragées et développées, et ont souvent été utilisées pour évaluer les personnes, dans le même temps, les anciennes vertus régies par la morale, telles que l'amour familial et la chasteté, ont progressivement perdu de leur importance parce qu'elles n'apportaient pas d'avantage matériel à la société.

o cela est la même chose dans les relations familiales, car il y a moins de respect et les droits des relations familiales ont disparu. Il en est de même de la fidélité conjugale et de la chasteté. Ainsi la discipline dans les relations sexuelles est perdue, et elle est remplacée par la liberté individuelle illimitée du corps humain.

- Est-il possible d'adapter le mode de pensée et de vie de l'Islam à l'approche de la civilisation occidentale; et Vice versa; Sa réponse doit être non.

o Le premier et le plus important objectif de l'Islam; est le progrès moral de l'homme;  Ainsi, les considérations éthiques l'emportent sur les considérations de pure utilité.

- Les orientalistes, dans leurs écrits, décrivent l'islam comme un accusé qu'il faut condamner... Le résultat de cette procédure injuste est une étrange image déformée de l'islam.

- L'Europe a grandement bénéficié de sa lutte contre les musulmans lors des croisades; Sa Renaissance, marquée par un renouveau de l'art et de la science européens en citant des sources musulmanes (en particulier arabes), est en grande partie due au contact matériel entre l'Orient et l'Occident.

- Tant que les musulmans continueront à considérer la civilisation occidentale comme la seule force capable de faire revivre leur société stagnante; Ils détruisent leur confiance en eux et - indirectement - soutiennent l'affirmation selon laquelle l'Islam est une " puissance consomptible ".

- Il ne fait aucun doute que la croyance religieuse perd de sa stabilité chez nos intellectuels qui se sont imprégnés des valeurs occidentales. Cela ne veut pas dire que l'Islam ne maintient son existence - en tant que religion pratique - que parmi les incultes, et l'explication de ce phénomène n'est pas que la science occidentale sur laquelle ils ont été nourris leur a présenté un argument rationnel contre la réalité de notre enseignements religieux, mais plutôt que le climat intellectuel de la société occidentale moderne est anti-religieux est arrivé à un point qu'il s'est imposé fermement sur le potentiel religieux de la nouvelle génération musulmane.

- L'histoire prouve au-delà de tout doute raisonnable qu'aucune religion n'a accordé au progrès scientifique autant d'incitations que l'Islam lui en a accordé.

- La chose que les musulmans ne devraient pas désirer, c'est regarder la vie avec des yeux occidentaux et penser dans le style intellectuel occidental.

- La connaissance elle-même n'est ni occidentale ni orientale, elle est plutôt universelle, tout comme les faits de la nature sont universels, mais le point de vue à partir duquel ces faits sont présentés et considérés varie selon les caractéristiques culturelles des communautés.

o La science expérimentale - qui n'est ni matérielle ni religieuse en soi - peut nous conduire à des interprétations très différentes de l'univers qui peuvent être matérielles ou religieuses selon nos natures, puis notre point de vue.

- La préférence d'une culture et d'une civilisation par rapport à une autre n'est pas fondée sur ce qu'elle possède de connaissances scientifiques (même si cela est souhaitable), mais plutôt sur ses pratiques éthiques, et sur l'étendue de sa capacité à expliquer et équilibrer les différents aspects de la vie humaine, en ce sens, l'Islam est supérieur à toute autre culture.

- Seules des personnes très superficielles peuvent croire qu'il est possible d'imiter une civilisation dans son apparence extérieure sans être affecté par son esprit. La civilisation n'est pas une forme vide, mais un être vivant; dès lors que nous commençons à adopter les formes extérieures de cet être, ses tendances innées et ses influences énergétiques commencent à agir et à s'adapter lentement et sans réaliser toutes nos inclinations mentales.

- Pour que le renouveau du monde islamique réussisse ... le musulman doit vivre la tête haute, et il doit réaliser sa distinction et sa différence avec le reste du monde, et il doit apprendre à être fier de sa distinction et sa différence, et il doit s'efforcer de conserver cette distinction et cette différence comme un caractère précieux.

- Cela ne signifie pas que les musulmans doivent se protéger de tout son provenant de l'extérieur; Il est possible de recevoir de nouvelles influences bénéfiques d'une civilisation étrangère sans abandonner la leur.

- L'Islam n'est pas seulement une croyance du cœur, mais aussi un programme de vie individuelle et sociale d'une grande clarté, et il peut être détruit en le rattachant à une culture étrangère basée sur des règles morales différentes de la sienne.

- L'Islam ne peut pas être une forme vide. Son sommeil a duré plusieurs siècles, soit il se réveille, soit il meurt.

- Le musulman d'aujourd'hui est comme le voyageur qui a atteint le carrefour, il peut choisir de s'arrêter à ce carrefour, et cela signifie la mort de famine, et il peut choisir le chemin indiqué par le signe : (vers la civilisation occidentale), et cela signifie quitter son passé pour toujours, et il peut choisir le chemin indiqué par le signe (Vers la vérité de l'Islam) et ce chemin est le seul qui attire ceux qui croient au passé de l'Islam et à sa capacité à se transformer en un avenir vivant.

- La Sounna est la clé pour comprendre l'Islam il y a treize siècles; Alors pourquoi ne serait-elle pas la clé pour comprendre notre vulnérabilité actuelle?

  - La Sounna est l'exemple qu'Allah nous a travers les paroles et les actions du Prophète, qu'Allah le bénisse et lui accorde la paix, ainsi que ses positions ; Sa grande vie était une déclaration vivante et une clarification du Coran, et parmi la loyauté envers le Saint Coran se trouve le fait de suivre le Prophète, que les prières et la paix d'Allah soient sur lui.

- Une personne qui fait la différence entre les commandements du Prophète, qu'Allah le bénisse et lui accorde la paix, et ses interdictions liées aux questions religieuses et spirituelles ne montre pas une compréhension profonde de l'Islam. Et entre ses commandements et ses interdits liés aux enjeux sociaux et à la vie quotidienne.

- Une affirmation naïve: Quiconque pense que certains des commandements et interdictions générales du Coran sont spécifiques aux Arabes préislamiques au moment de la révélation, et non aux intellectuels du vingtième siècle.

- La révélation et la raison nous disent que le meilleur interprète du Coran est celui qui lui a été révélé pour le faire comprendre aux gens.

- Les regroupeurs des hadiths - en particulier Al-Boukhari et Mouslim - ont fait tout ce que les humains peuvent faire pour tester l'authenticité de chaque hadith le plus scrupuleux, bien plus que ce que font les historiens occidentaux pour tester l'authenticité d'un document historique.

- L'Islam conduit l'homme à unifier toutes les directions de sa vie.

- Il n'y a pas de place dans l'Islam pour la sélection. Et que ses enseignements viennent du Coran ou de la Sunna du Messager d'Allah, qu'Allah le bénisse et lui accorde la paix, il doit être accepté dans son intégralité, sinon il n'y a aucune valeur à l'accepter.

- Une personne impartiale ne prétendra pas qu'il y a quelque chose dans le Coran qui contredit l'esprit. Sans aucun doute, il y a des choses dans le Coran qui dépassent les limites de notre compréhension actuelle. Mais il n'y a rien là-dedans qui offense l'intelligence innée.

- L'excès de confiance dans cette rationalité déficiente est l'une des raisons pour lesquelles de nombreux musulmans de cette époque refusent de se soumettre à la Sounna du prophète Mouhammed, qu'Allah le bénisse et lui accorde la paix, mais nous n'avons pas besoin de (elle était) aujourd'hui afin de prouver que la compréhension l'homme est très limitée dans ses capacités. L'esprit est incapable de comprendre l'idée d'universalité; Il peut être capable de percevoir les détails des choses seules, mais nous ne connaissons pas le sens de l'éternité, nous ne savons même pas ce qu'est la vie ? En matière de religion basée sur des fondements métaphysiques, nous avons besoin de preuves qui ont plus de réflexion que les esprits ordinaires, et plus que la rationalité personnelle que chacun de nous possède. Nous avons besoin d'un être humain qui reçoit la révélation, c'est-à-dire un prophète. Tant que nous croyons que le Coran est la parole d'Allah et que Mouhammad est le Messager d'Allah; Nous sommes obligés - moralement et mentalement - de suivre absolument ses conseils.

- Nous ne considérons pas la croyance en l'Islam comme l'une des voies, mais plutôt comme la seule voie, et l'homme avec qui Allah nous a guidés n'est pas l'un des nombreux guides, mais lui seul est le seul guide.

- Quel est le problème de l'Islam aujourd'hui ? A-t-il manqué de puissance ? La période d'intérêt est-elle expirée? A-t-il donné au monde tout ce qu'il pouvait donner?

- L'histoire nous dit que toutes les cultures et civilisations humaines passent par toutes les étapes par lesquelles passe la vie organique : elles naissent, surgissent, elles atteignent leur apogée et finissent par dépérir.

- Est-ce le cas avec l'Islam?

o Si nous croyons que l'Islam n'est pas seulement une culture parmi plusieurs cultures, et pas seulement une pensée humaine parmi plusieurs idées. Mais plutôt une force productive pour la culture. Une loi révélée par Allah le Tout-Puissant pour l'humanité à suivre en tout temps et en tout lieu. La vision envers lui changera complètement. Nous ne pouvons pas décider - comme dans les cultures humaines – qu'il se limite à l'expiration d'un temps spécifique ou d'une période de temps spécifique. La faiblesse qui apparaît dans l'Islam n'est rien d'autre que la mort et le vide dans nos cœurs, et elle est devenue si négligente et distraite que nous sommes incapables d'entendre la voix de la vérité éternelle.

- Rien n'indique que l'humanité dans son état actuel ait transcendé l'Islam, car elle n'a pas été capable de produire un système moral meilleur que ce qui est garanti par l'Islam, et elle n'a pas été capable de mettre l'idée de fraternité humaine sur une base pratique comme l'Islam l'a fait dans le sens de la communauté, et il n'a pas été capable de créer une structure sociale tolérante comme dans la loi de l'Islam, et a été incapable d'élever la dignité humaine et son sentiment de sécurité et d'espoir dans l'au-delà , ainsi que son bonheur, comme l'Islam l'a fait.

- Nous avons toutes les raisons de croire que l'Islam est attesté par toutes les bonnes réalisations humaines; Car il l'a affirmé et a indiqué sa santé bien longtemps avant sa réalisation. Dans la même mesure, elle s'est également manifestée par les carences, les erreurs et les obstacles qui ont accompagné le développement humain; Parce qu'il les a mis en garde avec force et clarté bien longtemps avant que les humains ne réalisent ces erreurs.

- Nous n'avons pas besoin de réformer l'Islam ; Parce qu'Allah l'a complétée pour nous auparavant, et nous n'avons pas besoin de le corriger, c'est plutôt notre attitude envers la religion.

- Le changement est inévitable, mais ce doit être un changement dans ce qui est en nous, et ce doit être vers l'Islam, pas en s'éloignant de lui.

- La route est ouverte au renouveau, d'abord: éviter l'hérésie de s'excuser auprès de l'Islam, qui est une caractéristique du défaitisme, et une simple couverture pour notre faible confiance en lui.

 Deuxièmement : Il est nécessaire que nous soyons conscients et résolus de suivre la Sounna du Prophète, qu'Allah le bénisse et lui accorde la paix. C'est la traduction pratique des enseignements de l'Islam, et en la mettant en œuvre, nous établirons le critère optimal pour distinguer entre ce que l'on peut tirer des motivations de la civilisation occidentale et autres et ce que nous devons rejeter.

- Nous n'avancerons plus si nous ne reprenons pas confiance en nous. Nous n'atteindrons pas le but en détruisant nos systèmes sociaux et en imitant une civilisation étrangère, étrangère non seulement à notre environnement historique et géographique, mais aussi à notre religion. Allah nous a indiqué le chemin dans son livre clair: { En effet, vous avez dans le Messager d'Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment } [ les coalisés:21].